La plate-forme du développement régional en Suisse

Bild: regiosuisse.

Numérisation et développement régional

Pas un jour ne se passe sans qu’un article soit publié au sujet de la numérisation de l’économie, qu’une conférence soit annoncée ou encore que les pouvoirs publics la mettent à l’agenda. Les enjeux en sont multiples et transversaux: du tourisme à l’industrie, en passant par les médias, la finance ou encore les administrations publiques, tous les secteurs sont concernés de près ou de loin. Mais comment ce phénomène est-il appréhendé dans les programmes de développement régional? Quels projets et initiatives ont déjà vu le jour? Tour d’horizon.

La quatrième révolution industrielle est en marche, celle de la numérisation, qui a la particularité de toucher l’ensemble des activités économiques. Elle doit permettre des gains en productivité, mais induit aussi de nouveaux défis, notamment en termes d’emploi, de formation ou d’adaptation des conditions-cadres. Si les initiatives et événements se multiplient sur la thématique de la numérisation, aucun d’entre eux ne s’est encore penché sur ses implications dans une perspective de développement régional. Pour combler ce manque, une communauté de savoir-faire regiosuisse a été mise en place. Elle vise à rassembler des connaissances et émettre des recommandations pour accompagner les régions qui font face aux défis de la numérisation.

Numérisation, Nouvelle politique régionale (NPR) et tourisme: 2 études du SECO

Cette communauté de savoir-faire se déroule de façon coordonnée et parallèlement à une étude du SECO qui traite spécifiquement de la numérisation dans la NPR. L’étude distingue quatre types de régions : agglomérations non métropolitaines, régions périurbaines, centres touristiques alpins et régions périphériques. Pour ces différentes régions, il s’agit d’identifier les risques et opportunités de la numérisation, ainsi que les besoins d’adaptation des objectifs et mesures de la NPR. L’étude, qui devrait être finalisée fin 2017, analyse notamment les conditions préalables aux développements de la numérisation et qui diffèrent d’une région à l’autre: niveau de formation, raccordement IT ou encore culture régionale. Ces prérequis sont de plus influencés par des effets structurels et de localisation. 

Une autre étude mandatée par le SECO et menée conjointement par l’Université de St-Gall, HES-SO Valais, la Haute École de Lucerne et l’Université de Berne se focalise sur la numérisation dans le secteur du tourisme. Elle traite notamment de l’économie de partage, de la question des infrastructures, des nouveaux modèles d’affaires et plateformes qui apparaissent, mais aussi de l‘adaptation des processus d’affaires existants, qui concerne potentiellement l’ensemble des acteurs du secteur. Certaines destinations comme Zurich focalisent par exemple leur stratégie touristique sur les canaux numériques et développent des services en ligne. Des modèles intersectoriels sont également étudiés, par exemple en liant la pratique du coworking, qui s’appuie sur les technologies numériques, au tourisme de loisirs et de montagne afin d’attirer de nouveaux profils de visiteurs. Cette étude sera finalisée en 2018.

Les projets NPR face à la numérisation

Sur le terrain, plusieurs projets en lien avec la numérisation ont déjà reçu un soutien de la NPR. Certains en font leur cœur de métier comme Alp ICT, interface suisse occidentale pour l’innovation numérique, qui centralise et diffuse l’information, organise des événements thématiques et favorise la mise en réseau des acteurs. D’autres projets ont recours à des outils spécifiques, comme pour l’analyse stratégique des flux de visiteurs dans l’Oberland zurichois réalisée à l’aide d’outils numériques, la mise en place d’un système de documentation des achats ou imports de dispositifs et produits pour la protection des plantes, ou encore le développement de plateformes touristiques collaboratives en ligne comme dzin.ch.

«Mia Engiadina» est un autre projet NPR emblématique. Profitant de l’installation d’une nouvelle ligne à haute tension, la Basse-Engadine sera au bénéfice, d’ici 10 à 15 ans, d’un réseau de fibre optique. Ainsi, 85% des bâtiments seront raccordés à un réseau internet à haut-débit. En complément de l’utilisation de la numérisation comme outil de développement régional, l’Engadine entend aussi développer les nouveaux modes de travail, avec des espaces de coworking, dont le premier a ouvert en 2016 à Scuol. 

Les acteurs du développement régional sont donc bien conscients des enjeux de la numérisation de l’économie et les projets innovants ne manquent pas. Néanmoins, la transformation que nous expérimentons actuellement est encore loin d’être terminée, et la politique régionale va devoir continuer à s’adapter et anticiper les besoins des acteurs économiques.

Pour aller plus loin:

Partager l'article
0 Commentaires

Diese Sicherheitsfrage überprüft, ob Sie ein menschlicher Besucher sind und verhindert automatisches Spamming.